Archives Mensuelles: octobre 2012

Masquerade Ball

Samedi soir, une soirée un peu spéciale… Masquerade Ball. Un bal costumé au profit de la SPCA Colombie-Britannique. On s’est vraiment bien amusé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques nouvelles perso !

Petite soirée relax… Caroline et les enfants sont partis à l’école pour le Movie Night. Le gymnase de l’école est transformé en salle de cinéma… et c’est le party !!! Demain est une journée pédagogique.

C’est ma première soirée seul à la maison depuis… très longtemps. Un peu de musique, petite bière et écriture de ce billet. J’avais le goût de vous donner un peu plus de nouvelles personnelles de chacun et de mieux vous raconter notre quotidien.

Laura

Elle va à la petite école trois jours par semaine. Notre toute petite a eu un peu de misère les premières semaines. Personne ne la comprenait et elle n’aimait pas cela. Maintenant, elle commence à comprendre et s’exprimer pas mal plus en anglais et elle adore la petite école. Hier, elle avait une journée spéciale avec papa et elle voulait y aller.

Je l’adore. Elle est vraiment « cute » lorsque qu’elle dit aux boys et à Elizabeth: « I wanna hug », avant de les quitter le matin. Ce sont des moments inoubliables.

Elizabeth

Ma grande fille est encore un peu gênée. Son anglais s’améliore de jours en jours. J’ai parlé avec son professeur aujourd’hui. Elle me confirme que cela va bien, qu’elle a plein d’ami(e)s, qu’elle participe… mais qu’elle ne parle pas beaucoup.  🙂

Ici, il n’y a pas beaucoup de devoirs. En fait, Elizabeth et Benjamin en auraient pris pas mal plus. Ils ont quand même un peu de lecture. Nous tentons de montrer à Elizabeth à lire en français et en anglais en même temps. C’est quand même beaucoup. Quand on y pense, c’est vraiment différent. Elle est très bonne!

Bref, de c’temps-ci: elle aime mieux la semaine que les congés!

Vincent

L’année dernière, les enfants avaient changé d’école. Vincent était très nerveux à la rentrée et en a eu pour quelques jours à pas trop filer. Cette année: complètement différent. Nous avions été jouer dans le parc de l’école plusieurs fois durant l’été. Nous avions également été visité l’école la semaine avant la rentrée. En quelques jours, il avait plein d’amis. Il nous a surpris avec un 100% à sa première dictée. Par contre, là c’est un peu plus difficile, mais on lâche pas. Il est très persévérant. Je pense que son anglais, il l’apprend beaucoup plus dans la cour d’école que dans l’école.

Benjamin

Je pense que lui, il serait à l’école en chinois et réussirait à s’adapter. Il a passé l’été à apprendre plein de mots. Il comprend pas mal tout. Je lui ai fait remarquer hier en écoutant TELETOON (en anglais) qu’il y a 4 mois, il ne comprenait presque rien… Lui et Laura sont ceux qui pour l’instant, à mon avis, ont le plus bel accent en anglais. Ils vont être meilleurs que les parents très bientôt. Tant mieux.

Caroline

Plusieurs se demandent comment va le travail de Caroline. Je dois vous avouer que son horaire de travail est très différent de celui que j’avais lorsque je travaillais pour son patron il y a 10 ans. Dans mon temps, j’avais des clients à travers le Québec, des horaires de fou, etc.

Oui, elle a à travailler un peu le soir. Mais de façon générale, c’est vraiment pas si pire. Son bureau est très proche d’ici et tous ses clients sont à environ 5 minutes à pieds du bureau. N’est-ce pas la belle vie? Elle travaille comme consultante dans les différents ministères du Gouvernement de la Colombie-Britannique. Elle les aide à améliorer leurs processus.

et moi…

…bien je fais presque le même travail que je faisait à Laval. La première différence est que mon compte de téléphone cellulaire a monté pas mal. Je n’ai pas de téléphone fixe, donc toujours sur le cellulaire. J’ai encore des clients au Québec, aux État-Unis, en Europe, et même un nouveau à Vancouver (mais aucun lien avec le fait que nous sommes ici).

La deuxième différence est mon temps disponible pour travailler. Depuis que Caroline travaille pour Fujitsu, c’est moi qui s’occupe principalement des enfants. J’essai de ne pas trop travailler le soir et les fins de semaine… mais ce n’est pas évident. Maintenant que le marathon est passé, je commence à reprendre le dessus. Je vais tenter de ne pas trop prendre de nouveaux contrats pendant que nous sommes ici. Le « repeat business » avec mes clients ainsi que le développement de quelques nouveaux produit; ça va être bien correct.

Troisième et dernière différence, c’est la vue. Une vue sur une petite baie du Pacifique à regarder les grands hérons, je dois vous avouer que ce n’est pas désagréable. Par contre, c’est difficile de rester assis devant l’ordinateur. Au moins là, l’été étant fini, il reste pas mal moins de touristes sur le camping qui commencent à boire de la bière à 11h le matin…

Depuis que nous sommes arrivés, il a fait très beau. Un peu frais, pas humide et généralement un très beau soleil. Par contre, depuis une semaine… il pleut! Presque à tous les jours. Un peu de soleil, mais pas beaucoup. Il semblerait qu’il en sera ainsi pour l’hiver.

Nous terminons le mois ici. Pour le mois de novembre, nous allons habiter dans un condo. Nous aurons passé un peu plus de 4 mois dans le campeur. 200 pieds carrés, 6 personnes.

Nous serons de retour ici pour décembre et janvier, moins un deux semaines aux fêtes pour une petite tournée au Québec. Ça va faire du bien! Ensuite, on verra.

N’hésitez pas, si vous avez des questions, laissez un commentaire ! Donnez nous aussi des nouvelles.

P.S. Je dois vous avouer que je n’envie pas votre « Matante Pauline ». Ce n’est vraiment pas elle qui nous donne le goût de retourner… Je vais arrêter là-dessus et ne commencerai pas à faire de la politique ici. Par contre, en passant, les enfants ici ont des cours de français au primaire. Ce n’est pas une langue étrangère mais bien une langue officielle. Ils vont aussi chanter le Ô Canada une fois par mois dans le gymnase, mais ça c’est une autre histoire.

Récit de mon premier marathon

J’ai commencé la course à pieds au printemps 2011. Dans ce temps, c’était pour m’entraîner pour le Défi de l’Île de Montréal; une course de 128km en patin à roues alignées. En 2012, dès que nous avons pris la décision de venir à Victoria (au mois de mai), et que je savais que je manquerais le défi de l’Île, j’ai pris la décision de m’inscrire à mon premier marathon.

Depuis environ 3 mois, j’ai réussi à faire en moyenne près de 200km par mois. Je savais que c’étais un minimum pour réussir le marathon. On a toujours un petit doute à savoir si on est « capable »… mais je savais que j’y arriverais. Au pire, ce serait juste plus long.

Samedi soir, nous avons déplacé le campeur dans un stationnement tout juste à côté du départ. Le stress monte. Les enfants sont prêts eux aussi pour leur course de 1.2km. On dors bien, on mange bien et ensuite nous marchons vers le départ du marathon. Nous côtoyons celui qui fracassera un peu plus tard le record Guiness du marathon le plus rapide en complet.

8h45, c’est le départ. Mon lecteur de musique est en mode aléatoire et me laisse entendre Viva La Vida de Cold Play pendant le premier km. C’est exactement la chanson que j’écoutais en courant dans la piste cyclable à Ste-Rose lorsque j’ai décidé de m’inscrire à ce marathon. Plein de monde qui encouragent… j’ai des frissons. Un superbe matin d’automne, la température est parfaite et je sais que je dois profiter au max de cette journée.

Je complète le premier 10km en 43:25. Un peu vite… mais bon. Ça va bien. 21,1km en 1:34:15, presque le même temps que mon demi de Oak Bay il y a un mois. Tout va encore bien. Je m’amuse.

J’ai une petite pensée pour les enfants qui viennent de prendre leur départ. Ils vont compléter le tout très rapidement.

Au 24e, un petit arrêt s’impose… je ne voulais pas, mais quand il faut, il faut… 28e, 2:09:38 et 2 tiers de la course de fait. Ensuite, mes temps par km commencent à monter. À partir du 30e (2:21:40), même si j’ai plus de temps pour admirer le paysage (qui en passant était magnifique), ma seule pensée va à mettre un pied devant l’autre. J’ai mal aux jambes, vraiment mal, mais je continue jusqu’au 42,2 pour terminer en 3h40. L’énergie de la foule peut vraiment faire des miracles.

Statistiques de ma course sur Runkeeper.

Mon 2e sera le BMO Vancouver Marathon le 5 mai 2013. La stratégie de course sera un peu différente, et je vais ajouter des squats et des sit ups à mon entraînement. Je vais ainsi être en mesure de terminer le dernier tier au même rythme!

* En prime : tout en haut, sur la photo de l’arbre, il y a deux visiteurs qui nous ont rendu visite dimanche soir.

Mon premier marathon… dimanche

Ça vient vite ! J’ai terminé l’entraînement hier. Quelques jours de repos et le grand jour dimanche. Je sais que je suis prêt, mais je suis quand même très nerveux.

Le départ est dimanche matin à 8h45 (11h45 au Québec). Vous pourrez suivre ma course en direct sur ma page Runkeeper et voir le fil d’arrivée en direct ici. Je devrais aussi publier quelques messages et photos sur ma page Facebook (avant et après la course). Mon objectif est de maintenir un pace moyen de moins de 5:00min/km. C’est 34 secondes plus lent que mon demi-marathon au début septembre. Cela me donnerait un temps de 3h30.

%d blogueurs aiment cette page :